Exceptionnel ensemble d’œuvres de William Bouguereau

 
L’ensemble proposé à Lyon par l’étude Conan Hôtel d’Ainay est remarquable à plus d’un titre.

Tout d’abord, le nombre d’œuvres justifie à lui seul l’intérêt que nous devons porter à ces tableaux et œuvres sur papier. Il est très rare que le marché propose un ensemble aussi important de Bouguereau en une seule vacation.
Ensuite, leur provenance est un atout majeur qui caractérise chacune de ces œuvres :
elles ont toutes appartenues au même collectionneur de Lyon, ami de Madame Vincens-Bouguereau, de qui il les tint. (voir les lettres et mots écrits de Mme Vincens-Bouguereau au collectionneur)
Nous sommes ainsi face à des œuvres venant de Monsieur Vincens-Bouguereau, petit-fils de l’artiste ; et par conséquent de l’atelier de l’artiste.


Les œuvres dispersées sont pour la plupart des études de tableaux connus de William Bouguereau.
Seuls les tableaux sortant de l’atelier après avoir été vendus (ou ceux destinés aux salons) étaient signés par l’artiste.
Ainsi, ces études - œuvres parfois très poussées au niveau technique - ne l’étaient pas, car destinées à rester en sa possession.
On retrouve ainsi dans notre ensemble des portraits de modèles avec lesquels Bouguereau a réalisé plusieurs tableaux tout au long de sa carrière.
Chaque étude montre un travail sur l’expression du visage et la lumière de la carnation.
La chevelure est bien souvent laissée naturelle ; ce n’est que dans le tableau final que l’artiste coiffera son modèle, en changeant parfois la couleur des cheveux.
Mais il est à remarquer que les attitudes sont déjà bien saisies par l’artiste, ce qui montre combien celui-ci devait avoir en tête l’œuvre imaginée au moment de peindre ces études.
Témoignages indispensables à la compréhension de l’œuvre de William Bouguereau, appartenant à un autre versant de celle-ci, moins connues du grand public, ces études s‘affirment comme étant des tableaux à part entière.
Préparées avec un soin minutieux, les toiles présentent un fond gris et lisse sur lequel Bouguereau dessine et peint les figures qui lui serviront de base à ses grandes compositions. Le contraste, voulu par l’artiste, entre ce fond quasi monochrome et le visage au modelé parfait, apporte un effet finalement très moderne, accentué par la décontextualisation du sujet à venir, et fait de Bouguereau, mais était-il besoin de le préciser ?, un portraitiste hors-pair.

 
Olivier HOUG